Vivre par sa foi

Vivre par sa foi

Au beau milieu de sombres annonces concernant le futur de son peuple, que Dieu a demandé à Habakuk de relayer soigneusement, Dieu insère une promesse, courte mais percutante : « Le juste vivra par sa foi » (Hab 2.4).

La foi, c’est faire confiance. C’est accepter d’avancer quand on y voit rien du tout. C’est savoir que quelqu’un d’autres est aux commandes quand on ne contrôle plus rien.

La foi, c’est personnel. La précision d’Habakuk « par sa foi » – non reprise par le Nouveau Testament qui cite ce texte – nous rappelle qu’on ne peut se baser sur la confiance d’un autre. On n’hérite pas de la foi, on la cultive et on la développe pour soi-même. (tout en sachant qu’elle nous est avant tout donnée par Dieu).

À l’heure où nos activités en Église sont bien réduites, il y a là un défi : garder sa foi vivante, en variant, en multipliant les outils possibles, les moyens de grâce que Dieu nous donne.

La foi, c’est vivre. Oui, la Parole de Dieu le dit à bien des reprises : croire, c’est choisir la vraie vie ! C.J.

Dépendants

Dépendants

Vous avez aimé l’année 2020 ? Si elle nous a appris une chose, c’est que nous ne savons pas à l’avance de quoi demain sera fait. Abandonnons donc les pronostics pour 2021.

Notre devise pour la nouvelle année est : « Humiliez-vous sous la main puissante de Dieu, afin qu’il vous élève au moment fixé ; déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, car il prend soin de vous » (1 Pierre 5.6-7, TOB). Deux exhortations qui n’en font qu’une. Notre tête, la Parole nous dit de ne pas nous la monter (l’orgueil) et de ne pas nous la prendre (l’inquiétude). Pourquoi se monte-t-on la tête, pourquoi se prend-on la tête ? La réponse tient en un mot : maîtrise. On peut se croire maître en jouant au plus fort, au plus malin, au plus riche, etc. Quant à l’inquiétude au-delà du raisonnable, elle traduit un sourd sentiment de perte de maîtrise.

Soyons réalistes : nous ne maîtrisons pas demain. Que Dieu nous donne de traduire cela par un abandon à Lui dans la confiance.

M. S.